Notre essai de TURO la plate-forme de location de voitures entre particuliers

Turo: le AirBnb de la location de voitures; vous connaissez?

J’ai réservé notre voyage à Hawaï dans le temps des fêtes, sur un coup de tête (j’adore ce type de folie!) pour réaliser assez rapidement que j’allais devoir user d’astuces afin d’épargner ma bourse…haute saison oblige.

Une voisine sympathique (merci!) me suggère l’essai de Turo: une plate-forme de location de voitures entre particuliers. Assez pour piquer ma curiosité d’aventurière…

C’est quoi le concept de TURO?

Ni une, ni deux me voilà à faire des recherches sur ce site dont je ne me souviens pas avoir entendu parler avant…Vous? Laissez-nous vos commentaires pour compléter ce billet svp.

J’apprends donc que TURO (c’est quoi ce nom?) compagnie native de San Francisco (tout se passe là, non?) s’avère fort populaire au pays et que La Presse en parlait déjà en 2016 (article à lire absolument ICI). Fruit de l’économie de partage, il s’agit de louer la voiture d’un particulier. L’avantage, m’assure-t-on est d’économiser 30% par rapport à une location traditionnelle (là, on jase!).

Hop, il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre! Me voilà sur l’application mobile à me créer un profil. Je décide de faire ma chiche (en considérant les autos les moins chères) et de louer l’abordable Nissan Sentra 2016 de Henry pour l’équivalent de 500$CA, ceci incluant l’assurance pour 8 jours et un dépôt à l’aéroport. En effet, c’est l’avantage avec Turo: l’assurance est comprise dans le prix (jusqu’à 2 millions).

Afin de comparer, je demande tout de même une soumission à un locateur de voiture traditionnel à destination; total de la facture pour le même nombre de jours 690$CA incluant les assurances. Donc, c’est pas mal vrai: j’économise 190$CA pour une semaine.

Première expérience: une Nissan Sentra sur Big Island, Hawaï

Je m’entends avec Henry, le propriétaire, pour qu’il soit à l’aéroport dès mon arrivée. Nous communiquons par texto et miracle! il est bien là à minuit, avec les clés de sa voiture propre. Il demande à voir mon permis de conduire. Je ne vois pas trop l’état de l’auto vu la noirceur et en plus, il faut se dépêcher de quitter cette zone de l’aéroport. Je le laisse en plan à l’aéroport et nous quittons pour l’hôtel. Le lendemain matin, je prends des photos du véhicule qui a déjà plusieurs ecchymoses à son actif 😉 Ainsi, j’ai mon  »état de situation » pour prouver l’état initial de l’auto (c’est une recommandation de TURO de procéder ainsi).

Nous n’avons pas eu de problèmes avec la voiture. Confortable pour une famille de cinq. Le jour du retour, je réalise que je n’ai pas demandé à Henry de lui redonner l’auto à l’aéroport (c’est plutôt l’adresse de son domicile qui est inscrite) et que j’aimerais en bénéficier deux heures de plus que prévu. Il est bien d’accord, mais me charge une journée de plus! De plus, avant de retourner le véhicule, nous devons passer au lave-auto (17$CA) et nettoyer tout ce sable sur les banquettes et tapis. Ensuite, croiser les doigts pour que les enfants n’échappent rien…Mon  »profit » vient donc de s’évanouir ;(

Deuxième expérience: une Subaru sur l’île de Mauï, Hawaï

Dans son annonce, John disait pouvoir venir déposer la voiture au besoin à l’aéroport. La veille de mon départ, je réalise qu’il ne m’a pas confirmé le dépôt de la voiture. Je le relance donc, prenant pour acquis qu’il s’agit d’une formalité. Pas de chance, il ne peut pas finalement. Nous devrons prendre le véhicule chez lui. Dès notre arrivée, on saute dans un taxi qui nous dépose à son adresse et on s’acquitte des frais de taxi de 85$CA. Ouf. La madame est pas contente ;(

Au moins, la Subaru bien que vieillotte, fût appréciée pour son espace intérieure et sa fiabilité, notamment sur la sinueuse route d’Hana à Mauï. On décide de laisser faire le lave-auto cette fois, on passe l’aspirateur gratuitement, car il y en avait un de disponible à notre condo. Puis, je demande gentiment à John s’il peut, le soir venu, nous déposer à l’aéroport. Il accepte, mais arrivera un peu en retard à notre point de rencontre.

Donc, roulement de tambour, voici notre bilan:

Les pour…

  • Un site et une application mobiles absolument faciles d’utilisation.
  • Des règles claires au niveau des protections d’assurances et OUI vous êtes bien assurés par des compagnies d’assurances canadiennes.
  • Un choix plus stylé et plus vaste qu’un concessionnaire habituel. Ceci est un gros plus! Pour nous rendre au haut d’un volcan (et redescendre!) nous étions heureux d’avoir une voiture à traction intégrale. Ce type de véhicule m’aurait coûté pas mal plus cher ou n’était pas disponible….à considérer.
  • Avoir plus de choix de véhicules dont certains insolites (luxueux, campervan, mini cooper, etc.).
  • Une économie réalisée si vous choisissez un modèle moins récent de véhicule et planifiez bien vos dépôts de véhicules pour ne pas payer pour vous rendre à ce lieu.

Les contre…

  • L’auto d’un particulier amenait un petit stress: j’avais plus peur de l’abîmer que si c’était celle d’une compagnie, car je me disais que ce serait plus complexe en cas de réclamations (ce n’est qu’un sentiment pourtant, sûrement qu’après plus d’utilisations je n’aurais plus ce feeling).
  • Le nettoyage $ . Comme il faut le faire à la dernière minute, cela signifiait aller au lave-auto (il faut le localiser dans la ville), passer l’aspirateur, etc, alors que nous étions prêts à prendre l’avion. On revenait d’un séjour d’allers-retours à la plage avec enfants (ouf). Donc, un bon nettoyage était requis.
  • Il faut bien planifier (demander que l’auto soit à l’aéroport, etc.) pour ne pas avoir à ajouter des frais pour un dépôt.

Les astuces de Maman Globe-trotteuse

  • Certains propriétaires ne chargent pas le dépôt de la voiture à l’aéroport, il s’agit de choisir ce type de locateur, tandis que d’autres chargent jusqu’à 70$ pour vous remettre les clés sur le site de l’aéroport. Épluchez bien les annonces.
  • Certains locateurs offrent de vous louer: banc de bébé, rehausseur ou équipement de plage, etc. Pratique et sûrement moins cher que d’acheter ou louer ailleurs.
  • J’ai réalisé que mes deux locateurs Henry et John louaient leurs (vieux) véhicules et en possédaient quelques-uns pour en faire la location. Donc, pas de stress, ils sont habitués quoi!

On aimerait bien lire votre expérience également….laissez votre commentaire les voyageurs!

Maman Globe-trotteuse

2 réflexions au sujet de “Notre essai de TURO la plate-forme de location de voitures entre particuliers”

  1. Nous avons aussi loués avec Turo sur Big Island Hawaï au mois de février 2018.
    Nous avons fait des économies de près de la moitié du prix comparer aux compagnies de location.
    La première voitute (toyota Yaris) nous attendait dans le stationnement de l aéroport et nous l avons déposé à la fin de la location dans le stationnement d un centre commercial. Nous n avons jamais rencontré le propriétaire, mais nous communiquons avec par texto.
    La deuxième véhicule (honda élément) prise du vehicule dans le stationnement du centre commercial et recontre du propriétaire sur place. Pour la remise du véhicule, nous sommes allés chercher le propriétaire à sa résidence et nous nous sommes ensuite rendus à l aéroport (nous avons sauvé le taxi) sans frais supplémentaire.
    Très belle expérience les deux fois.
    Avons ramassé nos ordures dans le véhicule et secouer les tapis seulement les deux fois.
    Les véhicules étaient en bon état mécanique et propre.
    Conseil 1: prenez en photo le kilométrage au début et à la remise de location.
    Conseil 2: Assurez vous d avoir les documents du vehicule avec vous (ou une copie) – immatriculation et assurance.

    Ps: J adore votre site internet. 😊

Laisser un commentaire