Mes conseils concernant l’assurance voyage: oui, faut en parler!

Quelques conseils lorsque vous devez prendre une assurance voyage

Je sais, ce n’est pas le sujet de prédilection lorsqu’on s’imagine quitter illico pour un ailleurs invitant…

MAIS, il faut en parler!

Je ne vais pas insister sur l’importance de prendre ABSOLUMENT une assurance voyage dès que vous  mettez le gros orteil en dehors des frontières de votre pays (car, ça vous le savez!).

Nous avons tous entendus ces histoires d’horreur de ressortissants canadiens ou autres qui avaient omis de prendre une assurance et le pire est survenu, exactement au mauvais moment.

S’ensuit une enfilade de factures médicales onéreuses. À éviter à tout prix.

L’assurance voyage un passage obligé pour l’esprit tranquille

Je parle en connaissance de cause.

Je ne ferais pas l’éloge de mes bobos outre-mer, mais disons qu’un cumul de maladies tropicales (au choix: fièvre dengue, Ecoli, amibiase, malaria, péritonite, etc.) a renforcé mon intérêt pour mon assureur voyage.

Que dire de Chéri qui s’est hameçonné un doigt profondément (oui, ouch!) lors d’un séjour de pêche au saumon en Colombie-britannique. J’étais aussi blême que lui. La clinique de Bella Coola a vite trouvé le médecin de garde (tout le monde sait où il vit) et l’a mis sur son cas.

La palme de l’utilisation maximale de notre police d’assurance revient à Ella. En 2012, elle s’est blessée grièvement et nous avons dû l’hospitaliser d’urgence à Bali, en Indonésie. Il fallait trouver en pleine nuit, un pédochirurgien. Ce fût fait.

Le service a été excellent au Bali Royal hospital. Je demeure impressionnée par le défilé de médecins au chevet de ma fille. La première chose que l’on m’a demandé reste : « Avez-vous votre numéro de police d’assurance? ».

Retenez bien: toujours avoir sur soi (plus important que votre passeport!) la preuve de votre couverture médicale souvent garante des soins à vous administrer sur le champ.

En tant que Québécoise où le système de santé est gratuit pour tous, je n’étais pas nécessairement au courant de l’importance de ce détail, que je prenais pour acquis.

mamanglobetrotteuse.com
Maman Globe-trotteuse au chevet de Ella au Bali Royal Hospital, Indonésie.

Après tous ces épisodes, voici mes conseils:

-Prenez une assurance…ET sachez ce qu’elle contient.

Je sais bien que vous en prenez toujours une, mais je sais aussi que vous ne posez pas de questions et que vous ne connaissez pas exactement les modalités de réclamation. Pourtant, ça peut faire TOUTE la différence. Prenez le temps de comparer les offres.

Des exemples à considérer pour faire un choix:

-Devez-vous téléphoner pour obtenir un numéro d’autorisation avant de consulter? Si oui, à vos frais ou à frais virés? GARDEZ toujours le numéro de téléphone sur vous. Pas seulement de façon virtuelle (ex: noté dans le portable) car en cas de pépin, peu de temps pour le chercher. Les gens croient souvent que leur passeport est leur bien le plus précieux en voyage, mais non, c’est votre police d’assurances. Dans certains pays, même gravement blessé on vous demandera cette preuve de couverture qui décidera de la qualité des soins.

-Si un membre de votre famille doit être hospitalisé, pouvez-vous l’accompagner? Qui défraie les coûts s’il y a lieu? (transport, hôtel, nourriture?) jusqu’à combien? Comment procéder pour les réclamations? (ex: avoir un reçu obligatoirement pour les restaurants ou un per diem est accordé=2 choses différentes).

Limite de frais: en cas de rapatriement d’urgence, est-ce qu’il y a une limite financière? Si oui, quelle est-elle? Notez que certaines compagnies d’assurance n’ont pas de limites. On ira vous chercher, coûte que coûte. IL S’AGIT SOUVENT D’UNE DIFFÉRENCE DE QUELQUES DOLLARS LORS DE L’ACHAT’ MAIS QUI PEUT FAIRE TOUTE LA DIFFÉRENCE!

-Informez-vous des modalités de réclamations: devez-vous avoir des reçus en français ou anglais? Bon à savoir à l’avance, afin d’insister sur place si la langue diffère. Dans une de mes réclamations, mon assureur francophone me demandait d’indiquer de quoi il s’agissait pour une réclamation en japonais. J’ai donc dû prendre des notes à chaque fois pour bien me souvenir de ce que je réclamais et ainsi pouvoir bien l’expliquer.

Je vous suggère ce lien : il s’agit d’un comparateur de 14 assurances voyage (selon vos besoins).

C’est un excellent départ pour faire son choix!

Une aventure à nous raconter dans les commentaires?

Signé,

Maman Globe-trotteuse

Si vous voulez lire: La vraie aventure: l’hôpital royal de Bali

6 réflexions au sujet de “Mes conseils concernant l’assurance voyage: oui, faut en parler!”

  1. Moi j’utilise toujours ma carte Visa Voyage pour payer mes billets car elle contient une assurance voyage valide pour 15 jours de voyage. Lorsque je pars plus longtemps je prends une autre assurance. Je ne sais pas si c’est la meilleure des options ?

    • Bonjour deconome (deconome.com excellent blogue déco si vous connaissez pas!).
      Oui, jutilise aussi mon assurance carte de crédit lors d’un séjour de courte durée. Il faut juste s’assurer de la couverture exacte (ce que ça comprend et pas!). Je les appelle souvent disons 😉 et j’en apprends encore même après tout ce temps! Mais excellente remarque: si vous avez déjà une couverture, pas besoin d’en ajouter une autre…(si celle-ci fait l’affaire bien sûr).Merci de votre visite..

  2. Ah! Les fameuses assurances voyage!! Ce que je suis bonne pour les utiliser moi aussi 😛 Ça permet un tour du monde des systèmes de santé, j’y vais même (presque) par ordre alphabétique!

    Les assurances de carte de crédit sont souvent oubliées. De notre côté, nous n’avons que de petites cartes de base et ne nous ont jamais servi. J’aimerais bien changer de carte pour en profiter un peu plus un jour…

    J’ai remarqué que la qualité de service des assureurs diffèrent d’un continent à l’autre, d’une situation à l’autre (en famille, pas en famille, etc.). Ainsi, selon que je vais en Amérique du sud ou en Océanie, le choix n’est pas nécessairement le même.

    En conférence, je remarque que plusieurs oublient de vérifier non seulement leurs cartes de crédit, mais encore plus souvent leurs assurances privées (pour ceux qui en ont)… bien des voyageurs se retrouvent à payer deux fois, voire trois fois des assurances, car ils ne savaient pas qu’ils étaient déjà assuré ailleurs. Il y a certains assureurs privés qui sont bien généreux en ce domaine.

    Lors de notre dernier voyage, on est parti avec une assurance-voyage d’ici pour les 4 premiers mois et on est ensuite passé à assurance visiteur temporaire locale là-bas, chose offerte en certains endroits, laquelle nous revenait moins chère et plus efficace. Comme nous avions une adresse « temporaire fixe », ça adonnait bien et réduisait les coûts de l’assurance-voyage (qui épongeant toute la partie soins sur place, médicaments, etc.).

    deconome: je ne connaissais pas. Je vais aller faire un tour de ce pas 😉

Laisser un commentaire