Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


Elizabeth gilbert

À Bali ma voisine était Elizabeth Gilbert: Mange prie aime

À Bali ma voisine était Elizabeth Gilbert: Mange prie aime

En 2012, je suis partie vivre avec ma famille à Bali, en Indonésie pour une période de six mois. Un rêve devenu réalité. J’étais loin de me douter qu’une voisine allait hanter mon séjour.

Il s’agit de nulle autre que dame Elizabeth Gilbert.

Nous habitions une charmante petite maison sans piscine au cœur d’un quartier paisible hors de la zone touristique. Plus haut, sur notre rue se trouve un hôtel (avec 5 chambres) et une piscine à l’eau salée.

La Famille Globe-trotteuse adopte l’endroit qui se révèle être un point de rencontre populaire pour le voisinage en cette période de chaleur intense (30 degrés humide).

Elizabeth gilbert
La piscine de notre quartier fréquentée par les expatriés, Ubud, Bali, Indonésie

Lors d’une bronzette, je fais la connaissance de Caroline, une Anglaise. Vivant dorénavant à Ubud sur l’île de Bali, seule avec son mignon labrador brun qui adore tremper ses coussinets palmés. Mes filles en sont folles et espérent chaque fois sa venue. 

Au fil des après-midis sans fin à siroter nos jus de mangue, elle me confie spontanément : «  Tu sais c’est chez moi que Elizabeth Gilbert a écrit « Mange, prie, aime« .

Liz, adorée de ses fans (je lève la main!) a écoulé plus de 7 millions de copies de son opus. Il est traduit dans plus de 31 langues. Un des enviables succès des 50 dernières années. Et ce, au niveau mondial.

-Non, t’es sérieuse ?

-Oui. Ma propriétaire me l’a appris. Me parle beaucoup d’elle. La célèbre auteure est la locataire qui me précède. Peu de gens savent que c’est ici qu’elle vivait. Tu veux visiter ? m’offre-t-elle.

Le temple du succès de Elizabeth Gilbert

J’accède à un lieu sacré.

Depuis Jalan (rue) Tirta Tawar, on ne se doute pas qu’une star est née ici.

En franchissant le seuil de la porte on accède à un jardin luxuriant. Une agréable odeur florale embaume les lieux ensoleillés. Depuis la rue, on en se doute pas que derrière ce portail se cache une agréable villa qui stimule la réflexion.

Au coeur de la vie de quartier, dans l’immeuble adjacent, l’inlassable blanchisseuse vaque à ses tâches communautaires. À deux pas, une paillotte fait office de restaurant. Je me suis promise de l’essayer. Jamais tenue ma promesse.

La rue est un long ruban qui quitte le centre de Ubud pour se diriger vers les rizières. Vous croisez de nombreux temples et il faut ralentir car la route est silloneuse. Les chiens galeux font la loi.

elizabeth gilbert bali
Jalan (rue) Tirta Tawar à Ubud, Bali, Indonésie

C’est donc inspirée de l’énergie des rizières et au son du gamelan, que Liz a écrit son succès retentissant. Venue s’installer en Indonésie, après un divorce catastrophique avec le pécule avancé par son éditeur. Elle a tenu promesse.

Elizabeth veut tourner la page

Il y a quelques jours, elle a mis sa maison en vente. Pas celle de Ubud, puisqu’elle la louait, mais celle qu’elle s’est achetée à son retour aux États-Unis d’Amérique.

Dans son livre « Mes alliances » publié après « Mange, Prie, Aime », on apprend qu’elle veut acquérir une maison avec son mari pour tenter de s’enraciner. Elle l’a fait dans la campagne du village de Frenchtown (1 heure de NYC) durant six années et souhaite quitter maintenant. Pour bouger.

Suite à son invitation, j’ai visité son domaine victorien.

D’un naturel déconcertant, elle présente son nid d’amour dans une vidéo mise en ligne. Elle pousse de nombreux fous rires à l’idée de tourner ce film promotionnel, ce qui rend le tout fort sympathique. On dirait qu’elle sort de la douche après avoir enfilé un chemisier immaculé. Un peu plus et elle nous invite à prendre un espresso. Noyé de lait pour moi, pas de sucre, chère Liz.

Au fil de la visite, je reconnais tous ces meubles de Bali, jusqu’au mur de pierres du jardin. Je n’ai jamais vu son aménagement balinais, mais je connais bien où elle s’est procurée tous ces beaux objets près de Ubud. Pour peu, j’arrive encore à nommer les marchands qui vendent ces magnifiques objets (Ubud regroupe une majorité de distributeurs de meubles balinais).

Elle fût ma voisine d’esprit,  si je peux m’exprimer ainsi. Durant tout mon séjour balinais, son inspiration, sa fougue et ses mots ne me quittèrent pas d’une semelle me poussant à débuter et continuer mes récits de voyage…

Son univers me plaît. Fanatiques de déco et curieux avoués, un visionnement vaut le coup; surtout pour le « skybrary » Ma-gni-fi-que!

L’idée de devenir de nouveau sa voisine à Frenchtowm me traverse l’esprit.

On dirait que je suis mûre pour du nouveau. Vous, ça vous prend?

C’est le printemps les amis…

Signé,

Maman Globe-trotteuse

PS-Le Concours Gagner des livres qui font voyager ! est en vigueur

Voici nos autres récits de voyage en famille à Bali.

4 réflexions au sujet de “À Bali ma voisine était Elizabeth Gilbert: Mange prie aime

  1. Wow! Tu as certainement attrapé le virus contagieux de créativité qu’elle a laissé sur son chemin à Ubud ;-)… Quoique non, tu l’avais déjà. Ça doit dire que cet endroit attire vers lui les gens qui ont ce « don »; je te souhaite sincèrement de vivre un succès aussi fulgurant que celui de Élisabeth Gilbert. Sur ce, après avoir visionné la vidéo de cette magnifique demeure et en m’enfonçant de plus en plus creux « down the rabbit hole » je suis tombée là-dessus: https://www.youtube.com/watch?v=86x-u-tz0MA je me suis dit que ça pourrait peut-être t’intéresser. xxx

    • Merci Capucine ! Oui, c’est excellent de le souligner cette incroyable femme a mis en ligne plusieurs de ses conférences (TED) et elle est désarmante de simplicité….Merci pour cebeau partage qui je l’espère contribuera à motiver certains d’entre nous…

  2. Bonjour,

    J’espere que vous allez bien.
    Serait il possible d’avoir des renseignements sur la maison que vous avez loue?

    Merci beaucoup.

Laisser un commentaire