Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


plage Martinique

Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate

Martinique, Antilles

La Famille Globe-trotteuse entretient une précieuse amitié avec un clan extraordinaire. J’avais promis de vous le présenter.

En février dernier, nous sommes allés les saluer sur l’île colorée de la Martinique. Il s’agit de la Famille Pirate qui a largué les amarres depuis Grenade, en novembre 2012, pour naviguer doucement au cœur des Caraïbes et remonter tranquillement vers le nord.

plage Martinique

Notre lieu de rencontre est la pointe sudiste de l’île soit le village typique de Sainte-Anne. Après un vol de moins de cinq heures avec Air Canada depuis Montréal, nous arrivons en fin d’après-midi à Fort-de-France. Descente vers le sud en taxi pour rejoindre l’hôtel La Dunette où nous logeons. L’endroit par excellence pour faire la fête dans ce coin de pays. Un emplacement génial: depuis notre chambre côté mer, nous avons une vue sur le bateau de nos amis, bien ancré dans la baie ! (photo ci-haut)

Nous profitons de nos retrouvailles, d’une durée d’une semaine, pour faire le point sur les derniers mois et permettre à la  marmaille de s’éclater sur la plage !

La Dunette, notre hôtel de Sainte-Anne

Stan, Ella, Marie-Anna et Coco s'amusent sur la plage (Sainte-Anne)

Qui est la Famille Pirate ?

D’abord, Véro la maman de l’équipage est une aventurière au profil réservé. La fille tranquille aux grands projets ! Le genre qui a vécu dans un kibutz, étudié à Taiwan (appris la langue) et marié un Français. Il la fait voguer et lui mijote des vrais œufs à la coque accompagnés de mouillettes au beurre non salé (délicieux ! ajoute-elle).

Elle et moi avons fait drôlement bien connaissance en partageant notre paillasse au fond de la brousse béninoise, lors d’un mandat de coopération internationale en 1997. Le village frontalier (avec le Niger) de Malanville (ça ne s’invente pas un nom comme ça) nous accueillait pour des mois d’aventures rocambolesques. Dès l’annonce, à l’effet que cet endroit allait nous accueillir, nous étions estomaquées : il s’agit d’une région éloignée, même les Béninois consultés se montraient rébarbatifs à un séjour dans ce lieu. Le défi a été relevé, non sans peine. Nous avons découvert des villageois accueillants et vécu une expérience humaine unique.

Depuis ce temps, ma compréhension de l’expression « choc culturel » réfère à ce séjour particulier. Une amitié précieuse était née entre Véro et moi. Je ne suis pas surprise de la voir entreprendre une telle escapade avec sa p’tite famille !

Capitaine Nico Pirate, en charge de l’équipage, a défroqué l’armée pour suivre sa belle pirate4Québécoise et s’installer en Gaspésie quelques années avec elle (la mer, toujours la mer). Le temps de revenir en ville à Québec, il réussit à la convaincre de prendre le large.

Il est reeee-lax. Très.

M’assure qu’ils ne sont pas huluberlus de partir en mer à cinq, mais que leur périple est accessible à tous pour peu qu’on s’y attarde (Chéri s’emballe d’ailleurs après une jasette avec le Capitaine).

Leurs trois moussaillons Marie-Anna, 6 ans, Stan, 4 ans et bébé Jean-Félix, 4 mois au moment d’embarquer sont adorables. Nés pour une vie trépidante certainement. Les dés sont lancés…

Maman Globe-trotteuse saisit sa chance de satisfaire sa curiosité légendaire et interroge ses amis.

Comment on se prépare pour un périple en mer ?

L’idée doit « patauger » en nous quelques années. Puis, vient le moment de s’informer (lire des blogues, des livres ou vivre un week-end en mer pour se tester un peu) et voir comment d’autres familles ont pu se débrouiller. On se laisse peu à peu convaincre qu’on pourrait s’y faire…

coucher de soleil martiniquais

 

Il faut ensuite prendre des cours de navigation, acheter ou louer une embarcation (l’achat serait plus avantageux), dire « bye bye boss » et casser son cochon. Sans compter l’organisation scolaire et celle de la maisonnée (ex: location).

voilier

Les Caraïbes se révèlent une destination prisée des familles navigatrices. D’abord pour l’accessibilité, la diversité (une panoplie d’îles et plusieurs syles de vie du plus « high class » au plus modeste), la splendeur des paysages, entre autres. Pour les nord-américains, c’est une destination pas trop éloignée (réduction des coûts notamment au niveau des billets d’avion) et sécuritaire (par exemple en Martinique il y a un centre hospitalier universitaire).

Et l’école ?

Les cartables scolairesMarie-Anna est une élève dévouée en première année du primaire (système scolaire québécois). Véro, avec le soutien de l’école,  lui enseigne le matières.

Avant de quitter, le directeur a été rencontré et s’est montré ravi du projet. La professeure a préparé la matière à voir.

Véro m’explique qu’habituellement, en 2 heures maximum, la leçon du jour est révisée. Les devoirs sont envoyés via courriel (skype est utilisé au besoin). Les examens requis se feront au retour à la fin de l’année scolaire. Puis, il est toujours possible-et agréable de compter les coquillages, regarder de près les crabes, étoiles de mer, etc. pour pratiquer ses maths ou s’initer à la bio.

étoile de mer

On s’adapte à une vie familiale en mer ?

Oui.

La lessive à bord du voilierBien sûr, il y a eu des questionnements. Des peurs même. En pesant le pour et le contre toutefois, on vient rapidement à la conclusion que l’aventure sera un plus pour tout le monde.

Véro avoue d’emblée que la période d’adaptation à la nouvelle vie et la routine s’est échelonnée sur plusieurs semaines. On finit par développer des trucs.

La Famille Pirate, bien que très attirée par ce style de vie, n’avait pas une expérience notoire de la barre. Véro raconte que les premiers temps, elle se cognait partout. Il faut apprendre à se mouvoir sans perdre l’équilibre dans un espace restreint. Développer des façons de cuisiner sans faire trop de dégâts (tout doit être immobilisé), dormir avec les vagues, etc.

Bon, c’est vrai que le rhum a son utilité (je parle d’un exemple que j’ai pu constater disons…), pas vrai Capitaine Nico et son acolyte nommé Chéri ? Mais ce qui se passe en mer, reste en mer. Et puis, les marins savent recevoir, c’est connu.

Il faut également respecter l’intimité de chacun. Si un membre de la famille se mettranquille à l’écart, il faut reconnaître ce besoin. Les enfants le font naturellement. Des livres & jeux sont à leur disposition. Le voilier possède deux chambrettes: une pour le couple, les enfants partagent l’autre et bébé a son coin au milieu de la cuisinette.

De plus, certaines habitudes sont modifiées pour le bien de la planète : 30 litres d’eau douce sont consommées sur le voilier par jourpour l’ensemble des besoins (consommation, hygiène, cuisine, etc.).

La moyenne de consommation d’eau potable d’un Québécois est de 386 litres par jour* (ouch !). Alors là, Bravo Famille Pirate! Écolo en plus.

À chaque nouvelle destination, il faut s’approvisionner. Pour certains endroits tout est organisé pour les plaisanciers: des locaux arrivent dès le mouillage du voilier pour offrir un service tout-inclus (eau, lessive, gaz, etc.).

Par contre, Véro souligne que certaines îles plus modestes lui font penser à des villages africains. À ce moment, on vit davantage sur les réserves et…plus simplement.

Et la sécurité des enfants ?

C’est la grande question (avouez que vous avez eu des craintes chers lecteurs en imaginant une vie en mer avec vos marmots). Normal. Notre cerveau se fait aller lorsque nous ne connaissons pas un environnement et il peut s’emballer lorsqu’il s’agit de notre progéniture.

L’océan est un terreau fertile pour l’imaginaire collectif (et je ne fais même pas allusion au copain Jaws ici). On va attribuer des qualificatifs à cette famille: courageuse, téméraire, aventurière, etc. Bref, une troupe qui ose; ça fait certainement réagir.

Les mouissaillons

Véro est rassurante: la trousse médicale est généreuse (mais n’a pas servie encore). Les règles sont claires: les enfants peuvent se promener sur le pont lorsque l’encre est jetée, mais avec la veste obligatoire (VFI). Aucun risque n’est pris. Il ne fait pas beau, on ne navigue pas.

Maman Globe-trotteuse arrive à se détendre après quelques soirées sur le pont ! Je me disais que si une Mini Globe-trotteuse tombait à l’eau, elle avait sa VFI et les cris stridents du reste de la marmaille serviront d’alarme sans délai. Les filles ont droit à mon conseil pseudo-décontracté: « Bon, si jamais vous tombez à l’eau, c’est pareil qu’à la piscine: vous nagez ! ». Rien de tout ça est arrivé.

Moussaillons

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

Rien.

Véro me regarde et continue sa réflexion.

Non. Rien, confirme-t-elle.

Par souci, nous avons apporté un renfort québécois: du sirop d’érable. Papa Pirate avoue que les crêpes furent accueillies avec une ovation en début de parcours. Il s’agissait d’une excellente façon de remonter le moral des troupes en temps d’adaptation (comprendre certaines traversées plus houleuses).

Quelques faits concernant leur périple en mer

-Bébé Jean-Félix 8 mois, a passé la moitié de sa vie en mer (un vieux loup de mer !)

Moins c’est mieux. « Si c’était à refaire, j’amènerais moins de trucs dans les bagages » nous confirme la maman.

-La solidarité entre navigateurs est bien réelle. Vous ne serez jamais complètement seuls. Pendant une visite, des Québécois reconnaissent l’embarcation et saluent les nouveaux proprios. C’est un petit monde.

-Parole de Capitaine Nico : vous deviendrez vite familier avec les manœuvres et outils de navigation. Il ne faut pas se laisser impressionner par tout l’équipement.

C’est contagieux ! Papa Globe-trotteur est prêt à se jeter à l’eau…

Très chers amis au pied marin et à l’âme voyageuse: vous avez toute notre admiration pour la réussite de ce projet et à voir vos bouilles, on a presque envie de se laisser convaincre de faire pareil (j’ai dis presque Chéri) !

Coco marine

Au grand bonheur de vous retrouver Famille Pirate.

Et vous chers lecteurs, sachez que l’aventure tire à sa fin et que le voilier l’Unique est à vendre.

À qui le rêve maintenant ?

 

Signé,

La Famille Globe-trotteuse version marine

* Source Équiterre

 

voilier

 

3 réflexions au sujet de “Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate

  1. Wow, quel beau trip…. Nous venons tout juste de quitter le voilier de mon cherr frère et sa petite famille qui quitte pour l aventure. Ils sont 2 adultes et 3 jeunes enfants, 4,6 et 8 ans. Ils quittent pour un minimum de 2 ans sans trop sVoir ce qu’ils feront…. Ils se laisseront guider par le vent et bercer par les vagues. Nous aimerions leur offrir un ou deux petits quelques choses de pratique sans trop les embarrasser. Avez vs des suggestions?? Merciiiiii

Laisser un commentaire