Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


L’exposition d’Alexander Mc Queen au METmuseum

L’exposition d’Alexander Mc Queen au METmuseum

Il fait 40 degrés en cette journée de juillet. Nous avons envie d’une visite culturelle de la Big Apple. Quoi de mieux que s’évader au musée?
Situé au coin de Fifth Avenue et de la 82ème rue, le met museum est un des colosses dans le genre au niveau mondial.

Le coût d’entrée est de 25 $ par adulte et gratuit pour les enfants. Avec ses cinq étages et ses 2 millions d’objets, vous ne serez pas en reste ! Ayant eu vent de l’exposition spéciale sur l’enfant terrible du design, Feu Alexander Mc Queen, je souhaite voir de mes yeux de québécoise,cette exclusivité new yorkaise.

Chéri, de son côté, souhaite amener la grande soeur s’impressionner devant les momies d’Égypte (en fait, j’ai perdu à roche-papier-ciseau et je dois trimballer notre Coco…).

Mademoiselle la préposée à la billetterie m’apprend aussitôt qu’il me faudra patienter plus de 90 minutes à la queue leu leu, pour espérer me pâmer devant des fringues hors de prix…

Zürich la parfaite: L’hôtel Marta

Zürich la parfaite: L’hôtel Marta

Avec sa réputation de première de classe, Zürich offre beaucoup.

L’esthétisme, la nature, le confort d’une ville touristique d’avant-garde. Un seul bémol pour une famille : le coût de la vie est à la hauteur de son offre extraordinaire.

D’abord, il faut se loger. Ce qui constitue souvent un défi : les bonnes affaires réfèrent souvent à des chambres en occupation double. Nous recherchons une chambre douillette où toute la famille pourra se reposer du décalage horaire.

L’hôtel Marta offre un prix honnête pour un rapport qualité prix appréciable vu les tarifs impressionnants. Une nuitée se situe autour de 225$ (la grande chambre) : une aubaine pour le centre-ville zürichois.

L’hôtel Marta, Zürich, Suisse : un exemple de réinsertion socialeEn tant que gestionnaire en santé & services sociaux, c’est la mission de l’hôtel qui a su me convaincre.

Love Beach

Love Beach

Je vous jure que nous n’en avions jamais parlé, même après neuf années à se côtoyer. Puis un soir, lors de vacances en famille, Chéri a fait sa grande demande.

Surprise, je suis demeurée sans voix.

Il affirme ne pas y avoir pensé avant et qu’après ce séjour, il serait trop tard. C’était ici et maintenant. À fond la caisse le Carpe Diem.

Le lendemain matin, l’office du tourisme de Nassau nous accueillait pour organiser notre mariage qui aurait lieu dans les 48 heures.

Le Japon pays ami des bébés

Le Japon pays ami des bébés

C’est un voyage exquis !

Nous voilà à Kyoto la capitale culturelle du Japon: 1,46 million d’habitants. Une agréable découverte, particulièrement en ce qui concerne le calme et le savoir-vivre de ses élégants habitants.

Les Japonais sont avant tout des gens réservés, polis et fous des bébés.

Avec un des taux de natalité le plus bas du monde, chaque petit est considéré. Trois fois, ma fille Ismaëlla (3 mois) s’est vu offrir des cadeaux par de purs inconnus dans la rue ou au restaurant. Une gentillesse sans bornes. Perdus dans le métro ? Plusieurs citadins n’hésitent pas à manquer leur train pour nous secourir.

Leçon japonaise numéro 1 : le lâcher prise

Leçon japonaise numéro 1 : le lâcher prise

Ma fille Ismaëlla avait trois mois.

Il était temps d’entamer une nouvelle ère; le baby globe-trotting. Je troquais mon 50 litres pour un sac à couches et tendis un piège à Chéri: il fallait bien rendre visite à nos chers amis déménagés au Japon…

Vous dire les réactions.

N’empêche, nous voilà partis avec mademoiselle 90 jours comptés.

Je ne savais pas que ce noble pays allait m’offrir la leçon numéro uno: A beau planifier qui vient de loin, il n’est point sûr qu’il en sera ainsi à destination.