Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


10 vérités sur l’hiver québécois canadien-français d’Amérique du Nord

10 vérités sur l’hiver québécois canadien-français d’Amérique du Nord

Comment font nos enfants pour jouer dehors ?

D’abord, il faut comprendre qu’on les oblige.

Deuxièmement, les pauvres, ils ne savent pas encore qu’il existe des endroits dans le monde où ça ne prend pas vingt minutes s’habiller avant de pouvoir jouer à l’extérieur 15 minutes.

Savent encore moins que pelleter, n’est pas un jeu (maintenez notre paix sociale s’il-vous-plaît chhuuuuttt !)

Tankini blues

Tankini blues

Prendre le large, lever les pattes, larguer les amarres, aller se faire voir ailleurs. Déguerpir.

C’est bien actuel. Impossible à combattre.

J’ai des complices. Mes adorables copains qui forment un couple franco-canadien et leurs trois enfants dont un tout-petit dernier. Ils ont eu envie de déménager leurs pénates en pleine mer. Naviguer sur un voilier pendant des mois. Quel culot !

L’argument ultime (les rejoindre) pour quitter l’hiver québécois et ses congères. Et m’imaginer avec ma passagère clandestine dans la mer chaude. CHHHHAAAUUUDDEEE !

Un seul bémol voire une épreuve féminine pré-départ : le tankini.

7 trucs sur Bali pour Stephen PM

7 trucs sur Bali pour Stephen PM

Je vous adresse un mémo sympa, afin d’optimiser votre séjour à l’île des Dieux. Je sais que vous êtes en réunion importante à Bali (Indonésie) dans le cadre d’une mission de libéralisation du commerce chez les tigres asiatiques (dixit les communiqués).

En vous imaginant le sarong* autour de la taille, parmi les déesses balinaises et une bouffée d’encens, j’ai vu des étincelles.

L’an dernier, nous avons élu domicile à Ubud l’espace de quelques mois. Eu du bon temps en famille, quelques aventures rocambolesques assurément.

souvenirs2012_4

Souvenirs de 2012: bilan de la Famille Globe-trotteuse

C’était au départ une de ces résolutions prises un soir de nouvel an :

« On devrait partir. »

Et voilà. C’était dit. Le problème avec moi, c’est que je prends ce genre de déclaration très au sérieux.

Le 29 décembre 2011, nous quittions le Canada pour un périple de six mois en Asie avec l’idée de s’installer à Bali et de s’intégrer dans la communauté.

Vivre chaque 24 heures à la douceur balinaise. Laisser s’égrener le temps. Suivre l’évolution de nos enfants au rythme de celle des rizières. Et qui sait ? Se laisser porter par les surprises de la vie…(et il y en a eu !).