Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


Épopée africaine de retour !

Avant de partir, une maman m’a écrit « Je t’envie ! ». Je me suis dis qu’il valait la peine que vous sachiez tout. Je commence donc par la fin, pour vous raconter notre épopée pour rentrer à la maison…si le début de ce récit semble bien sérieux, vous verrez que ça dégénère assez vite ! Bien hâte de voir le commentaire de la maman qui a écrit qu’elle m’enviait 😉

Île de Dionewar, région rurale du Sine Saloum, Sénégal

Tout est bien qui finit mal!

C’était au départ une soirée d’adieu arrosée pour souligner notre départ le lendemain. Nous avons partagé l’aventure africaine de la Famille Pirate (3 enfants) durant deux semaines, en pleine île de brousse. Un séjour inoubliable. C’est le dernier matin que tout a dérapé si on peut dire…

A 3 heures du matin, je secours Chéri qui est très malade. Le gardien inquiet d’assister à la scène va même réveiller nos hôtes. On ne referme pas l’oeil de la nuit.

Jour 1: jeudi

La pirogue est cédulée pour quitter l’île à 9:30.

La pirogue et nos fameuses valises !
La pirogue et nos fameuses valises !

Le petit-déjeuner qui devait être tranquille rempli d’au revoir, s’avère plutôt un quartier général qui gère des urgences!

Et surprise ni eau ni électricité ce matin (3ème jour en ligne).

Bébé Jean-Félix est fièvreux* depuis 4 jours. Ses parents décident de l’amener consulter à Saly où se trouve le médecin recommandé le plus près (à 2 heures de l’île). Appel à l’assureur canadien par Papa Pirate  qui demande si les coûts de transport (pirogue + taxi brousse) seront remboursés. Non, à moins que ce ne soit des reçus officiels.

 

La pirogue ambulance essentielle aux insulaires de Dionewar.
La pirogue ambulance essentielle aux insulaires de Dionewar.

Malheureusement, Mamadou le piroguier ne fournit pas encore de reçus avec un terminal BMO (île de brousse, je répète). Il est question de prendre la pirogue ambulance qui assurerait un reçu officiel, mais élèverait les coûts. Je m’esclaffe sur l’existence d’une « pirogue ambulance » et réalise assez vite que ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour rigoler. Papa Pirate prend une décision (en maugréant) : il va se débrouiller. L’agent au bout du fil ne gagnera pas le prix de l’employé du mois.

De mon côté, question de reprendre un peu de crédibilité auprès de mes amis, je propose une communication avec mes contacts santé* qui rassureront au besoin (médecin, pharmacienne). On se demande tous pourquoi il est impossible de joindre la ligne gratuite Info santé depuis l’étranger. Ce serait si simple.

6 petits réclament à manger la bouche ouverte (les enfants sont tous aussi subtils ?). Pas encore bouclée mes valises. Toujours sur le lendemain de veille (et je n’ai plus 20 ans on dirait). On respire.

Véro m’apprend que la nounou s’inquiète pour sa fille qui ne mange plus depuis 3 jours. Elle est donc conviée à venir chez le médecin. Elle court se préparer. Fera partie du voyage. Le tranport coûte cher pour ses moyens (d’où l’hésitation et l’attente avant de consulter). Une occasion qu’elle saisit.

 

Coco Globe-trotteuse initie l'épopée du retour à la maison. Ici sur la plage de Dionewar dans le Delta de Nimominka.
Coco Globe-trotteuse initie l’épopée du retour à la maison. Ici sur la plage de Dionewar dans le Delta de Niominka, Sénégal.

Bon, la pirogue est bien amarrée sur la plage.

Tout le monde à bord. Les enfants rient aux éclats des immenses vagues et de l’eau qui s’accumule au fond du bateau rudimentaire. Véro est calme mais la mer est agitée. Je regarde Nico de travers en lui lançant avec mon mal de cœur que notre amitié ne résistera pas si on chavire ! Il rit en me balançant avec son accent du sud de la France que ça me fera des histoires pour le blogue (on dirait qu’il dit vrai). Je mets un horrible truc fluo sensé être une ceinture de sécurité, car j’ai peur de l’eau. Bébé Laëtie s’endort dans sa veste de flottaison entre mes cris et ceux  des enfants.

Confirmé ! Bébé dort n'importe où: ceci inclut une veste de flottaison dans une pirogue sur une mer houleuse !
Confirmé ! Bébé dort n’importe où: ceci inclut une veste de flottaison dans une pirogue sur une mer houleuse !

Nico commente les performances du piroguier qui fonce dans le quai (chaque fois). Je veux juste mettre les pieds sur terre. L’endroit est fabuleux, on dirait un décor de cinéma. J’énerve tout le monde parce que je veux quelques photos.

 

Un typique village de pêcheurs du Sine Saloum !
Un typique village de pêcheurs du Sine Saloum. J’ai bien fait d’énerver tout le monde pour prendre cette photo ; ça vous met dans l’ambiance, non ? 😉
J'ai peur de l'eau !
J’ai peur de l’eau !

Notre chauffeur Doudou (de son vrai nom !) attend avec son tacot pourri de partout. Nico se confond en (fausses) excuses puisque de leur côté, ils partent avec un camion Mercedes. Je lui fais un doigt d’honneur (pour rire là).  Une chance, Véro n’a rien vu. Je me demande si notre rafiot roulant héberge autant de cafards que la dernière fois, bizarrement il en était rempli. Nous devions les écraser sans pitié (désolé pour mes lecteurs bouddhistes) avant que les enfants les aperçoivent, car les filles sont capables de se jeter en bas du véhicule si une coquerelle est dans leur champ de vision.Un corps de Indiana Jones, mais une tête de Barbie.

Après une heure de route, Coco ne se sent pas bien du tout…trop tard ! (la portière n’ouvrait pas depuis l’intérieur)

Cétait vrai, si on considère qu’il y a en a partout. Nous arrêtons au milieu de nulle part pour essayer de nettoyer (les cafards se font des high five!). C’est le désert de sel. De peine et de misère, je déniche un vêtement propre à lui enfiler, mais sa sœur fait une crise car la robe pigée au hasard (pour ne pas ouvrir la valise au milieu de nowhere) lui appartient. J’explique que c’est pas grave de prêter sa robe et que l’heure est grave. Dégoûtée, elle boude en titi. Je négocie pour un biscuit. Coco pleure parce que je lui interdis de manger un biscuit à son tour. On repart. Chéri cherche des cachets pour le mal de tête. Doudou en demande deux.

 

Les marais salants du Sénégal.
Les marais salants du Sénégal.

Coco m’interroge à savoir si elle pourra raconter qu’elle est la seule de la famille à avoir vomi dans un désert de sel. Je tente de lui faire comprendre que ce n’est peut- être pas un record digne du Guinness. Elle demande c’est quoi ce bouquin. Je lui dis d’oublier ça et de raconter ce qu’elle voudra, si elle y tient. Ça donnera sûrement envie aux copines de bourlinguer.

Arrivée à Saly-Portudal

On a faim, soif, mal à quelque part (au choix ventre ou cœur) et pas d’hôtel réservé. C’est que je voulais jouer les routardes et voir sur place. Doudou n’en revient pas (que je n’ai rien réservé) et suggère de nous amener au même endroit où il a déposé ses derniers clients. C’est un signe. Chéri dont l’énergie s’est affaiblie y va d’un : « Ça coûtera ce que ça coûtera ». Je tente de le rassurer en lui disant de voir le côté positif des choses « Vaut mieux être malade dans une salle de bains en marbre que dans le jardin ».

Bienvenue au Rhino Resort 5 étoiles

Malodorante, assoiffée et couettée- 2 semaines de douche à l’eau salée ont eu raison de ma tignasse (avouons-le), je franchis le pas de ce merveilleux hôtel. Après la brousse voici la luxure…Mes réflexes de filles qui bavent devant un sac griffé reprennent le dessus (juste pour la forme, hein). Imaginez-vous que la jolie réceptionniste confie que la seule chambre dispo est la suite familiale, car toutes les autres sont occupées par des joueurs de l’équipe nationale de foot du Qatar! Je crois rêver. Mais c’est vrai!  Méchant paysage.

Le Rhino Resort :récipiendaire de nombreux prix !
Le Rhino Resort : Un 5 étoiles récipiendaire de nombreux prix !

Je remorque Chéri qui prend des couleurs. Les filles deviennent hystériques lorsqu’elles réalisent qu’elles ont un lit baldaquin.

J’ordonne une douche pour tous.

Chouette dormir sous la moustiquaire !
Chouette dormir sous la moustiquaire !

Jour 2: vendredi

Nous passons du bon temps à Saly-Portudal, cet écrin un brin touristique. Nous dénichons un resto fréquenté autant par les locaux que les toubabs* et nous y « scotchons »  pour tous les repas.

Pour 1000 francs CFA (2$) une nounou a la tâche de prendre le bébé au dos et de l’endormir pendant la dégustation du repas. Me dis que je devrais partir un tel service à Québec quelque part dans un coin au Cosmos ?Mon amie Julie donnerait son nom c’est certain.

Début de l’épopée aéroportuaire…

Chéri a survécu. Coco aussi.

C’est le retour du taxi-brousse vers Dakar. L’entrée de l’aéroport est un vrai bordel. Stressant au max. Klaxons, cris, bruits. Les gens vont dans tous les sens. Les porteurs de bagages se précipitent sur nos valises espérant une rétribution. Notre « helper » a le sourire fendu jusqu’aux oreilles lorsqu’il réalise qu’on vient de lui donner 2000 francs CFA pour 2 valises. On n’a plus de monnaie et on s’en tape. On fait sa journée comme on dit.

Nous voilà au bureau de la compagnie aérienne avec une agente de bord au surnom de Miss Prenezmoiausérieux ! La valise bleue va exploser. Hautainement, elle nous fait mettre de côté et tout repeser et déplacer du matériel. Chéri a eu l’idée géniale de s’acheter le plus gros djambé de l’île. On se remet en file après exécution de la tâche devant tout le monde-toujours agréable n’est ce pas ? On retourne la voir. Tout est à recommencer puisque la balance à côté n’était pas exacte. Je peste, tu pestes, il peste, mais ça sert à rien.

Chaud et humide ce soir. Moi qui voulait au moins sentir un ti-peu bon pour le vol. Foutu.  Je sens un ti-peu, mais pas bon.

Il est 23 :00 et toujours 3 fillettes qui baillent sur les bras.

On doit passer la file de sécurité. Les gardes sont en jeans et t-shirt et…textent sur leur portable. C’est vrai qu’on est vendredi soir, mais quand même. Une princesse tatouée au henné, habillée et maquillée comme à Bollywood obtient comme faveur de passer à travers les files de gens pour se retrouver à la porte d’embarquement. Pendant ce temps le douanier occupé du regard par la dame, prend le passeport de Laëtie et fait un signe de tête pour valider que c’est bien moi (!).

Hop dans l’avion. Ça y est. Good bye Sénégal. Mon cœur se serre, je quitte de nouveau mon Afrique. Dorénavant, notre Afrique.

Je réussis enfin ! à endormir Laëtie. Le pilote en profite alors pour annoncer qu’on doit attacher nos ceintures. On va atterrir ?

-Pardon ? Billet à rabais signifie souvent plus d’escales. On doit prendre d’autres passagers.

Jour 3: samedi nuit

Escale aux Iles Canaries. On restera à bord que je demande ? Des dames expats m’assurent que oui. 20 minutes plus tard : mais non, on sort !

Re-re-re réveille bébé.

Il est 2 :00 du matin dans un terminal de Gran Tenerife (c’est z’où ça ?).

Re-embarquement.

2 heures plus tard, nous atterrissons de nouveau, cette fois à Madrid (vous suivez ?).

Ouf. Pas chaud qu’on se dit. Un aéroport d’envergure. Un bus nous mène à un autre terminal. Coco ne veut pas s’asseoir. On l’oblige. Elle finit en bacon sur le plancher du bus !

On fait semblant que nous venons juste de l’adopter et ne parlons pas sa langue.

Ça ne change rien. Le bacon continue à frire dans la poêle. On est trop fatigués pour réagir. Les gens regardent par les fenêtres et comme dans le métro, feignent de ne rien remarquer.

Toujours dans le bus, Laëtie a une subite fringale et grignote une barre de céréales qui fait plein de graines au sol. Coco se roule là-dedans. Sérieux, je suis vraiment en train de vous raconter ça.

On dirait que oui, alors je continue.

On embarque (pas de temps pour un sandwich aux patatas, Chéri est déçu) pour le long courrier vers Montréal.

Vol Madrid-Londres.

Enfin, on peut souffler assez pour casser la croûte dans un des nombreux restos du plus grands aéroport du monde: Heathrow. On se dégourdit les jambes avant le sprint final et on fait mine de ne pas réaliser que ça coûte les yeux de la tête. Dollar candien contre Livre sterling=combat perdu.

Heathrow (Londres) est un aéroport aux multi-services. On vous recommande le resto familial Giraffe: menus pour enfants, coloriage  et petits-déj servis 24 hres.
Heathrow (Londres) est un aéroport aux multi-services. On vous recommande le resto familial Giraffe: menus pour enfants, coloriage et petits-déj servis 24 hres.

Le bonheur aérien se nomme British Airways ! Même en classe écono, c’est confo. J’ai droit à la rangée où se situe le lit de bébé. Je jubile (car j’étais trop cheap pour payer la réservation). Chéri est derrière moi avec l’adoptée.

Laëtie est fière de son siège en "classe bébé"
Laëtie est fière de son siège en « classe bébé » !

Est-ce qu’il y a une fin (traduction de ça vas-tu finir) ?

Bébé rappelle ses besoins de base dixit Maslow (genre dormir en paix !).

De l’autre côté de l’allée se trouve un homme âgé vêtu d’une longue tunique sombre et portant un petit chapeau. Son visage grisâtre aux traits tirés demeure impassible. Il regarde autour et laisse deviner ce qu’il pense. On présume vite qu’un truc cloche.

Il est du bord de la fenêtre et n’apprécie pas si je jette un regard à « son hublot ». Observe chacun de mes gestes : je tente d’endormir ma fille, je chantonne, je berce, je tapote, etc.

Son air sévère me fait penser à Dumbledore. Je suis vannée pour halluciner de la sorte. J’ai tout à coup des frissons. Je remets ma veste décorée de graines de barre de céréales.

Après une accalmie dans son lit princier, bébé retrouve la mémoire et se souvient que c’était sympa de s’endormir au dos de la nounou et refuse de me lâcher. Je ne sais plus quelle heure il est, ni quel jour.

C’est à ce moment que Dumbledore se met de la partie.

Dans un langage qui m’échappe (ou est-ce un baragouinage d’anglais?). Il décide de me donner des conseils pour endormir la p’tite.

Il hurle depuis son siège voyant que je feins la surdité.

Noooooon.

Attends un peu Dumbledore (que je me dis) tu vas toujours bien pas te mêler du roupillon d’un bébé née en 2013 avec tes 101 ans sonnés.

Bien oui, imaginez-vous donc.

Il reprend ses simagrés. Je comprends vaguement qu’il m’ordonne de lui enlever ses chaussettes ?

Je vais me dé-com-po-ser sur le champ si ça persiste.

Chéri ou Harry, c’est selon, vient à la rescousse et ramasse le poupon.

Je me rassis penaude et perd conscience consciemment.

M’en fou, il peut me jeter un sort, je veux somnoler.

Oubliez le projet !

« Bienvenue à Montréal où la température ressentie est de -28 degrés celcius », annonce le pilote qui se trouve malin.

On est bien arrivés.

Home cold home.

Promis, je vous raconte le reste dès que mes nerfs vont mieux.

Signé,

Maman Globe-trotteuse

Mes remerciements à FIG Clothing pour les belles robes de voyage.

*Ne partez pas sans vos contacts-santé: coordonnées d’amis du domaine qui donneront de l’information au besoin.

*Otites. Il va bien.

*Les Blancs.

*Wulfric Bryan Dumbledore est un personnage fictif de Harry Potter que je vous souhaite de ne jamais rencontrer.

12 réflexions au sujet de “Épopée africaine de retour !

  1. J’ai beaucoup ris en lisant ton article. Que serait les voyages sans tous ces petits incidents!! J’ai hate de lire la suite de ton aventure africaine;-)

  2. Ouf ca me fait un peu penser à notre retour de Turquie (pour 3 escales en pleine nuit) mais sans les malades! Bon prends une semaine pour dormir et récupérer car les filles elles ne vont mettre que quelques heures! C’est l’avantage de l’âge! Bises

    • Ah! ça c’est vrai Sandrine !!! Les petites trottinent partout même malades…C’est fou ! Moi à chaque fois, je dois me dire « C’Est un moment à passer ! » car en plus, je supporte pas si bien l’avion…Pfff, c’Est quoi cette envie de voyager en série ??? 😉

      • Serials voyageuses! et oui on se repose de retour de congés! La on part 15 jours du samedi matin tôt au dimanche soir tard juste avant le retour à l’école! En Sardaigne! J’ai pensé à toi, quand j’ai réservé, car on change de culture, de langue, de paysage à seulement 11km de la france (par la corse! mais avec 15h de trajet qd même sinon ce serait pas un voyage 😉 )Et suite à notre conversation cet été, je réalise maintenant que c’est une chance!

  3. ça c’est du retour ! y’a tout là dedans ! du vomis au voisin detestable !
    On a eu un retour aussi assez fameux de Mascate, à Oman, il y a un an, on avait du se repayer 4 billets après un refus d’embarquement pour mauvais code sur l’ordi. Un an après, on vient d’être remboursés… la nuit avait été très longue ! (et blanche !) refus d’embarquer à 18 h 00, et embarquement à 5 h du mat pour envol à 7 ! On était dans un sale état ! tu peux lire sur mon blog si tu veux ! Ca ne m’a pas gaché mon souvenir d’Oman que j’ai ADORé !!!

    • Oui, Marie tu as bien cernée: c’était la totale ! Parce qu’en soi le voyage a super bien été, mais quelle fin exténuante ! Pour les lecteurs amoureux des récits de voyages en famille. Je joins l’adresse de ton blogue et je m’Assure de le rajouter à mon blogroll. Certainement que je vais aller lire ton billet, histoire de me faire croire que je ne suis pas la seule maman fofolle de cette planète !
      http://beautesdumonde.canalblog.com/

  4. Increment je tadmire….je viens de decouvrir ton blog et jadore… je viens de terminer un voura dagent de voyage externe… et je commence dans le domaine….je suis maman de 5 enfants (ouais 6 avec le chum lol) ) et tu vois jai commencer se passe temps pour decouvrir le monde et gagnet des sous pour nous permettre de decoyvrir le monde…
    pas facile et pas economique du tout en troupeau de voyager…mais tu me fais voir quavec un peu dorganisation et beaucoup de folie…tout est possible!!
    Je vais te suivre etnpeut etre un jour aurais le cran denplanifier et partir voir ailleur la beaute du monde!!!

    • Bienvenue à bord Caroline !
      Félicitations pour votre joyeuse bande ! Ça doit être chouette de bosser dans les voyages,non ? Je sais qu’il est difficile d’y aller en mode écono vu la famille nombreuses, mais il existe tout de même quelques pistes, notamment l’échange de maisons (ça vous fait envie ce mode ?) et les billets à rabais…Merci d’être venu faire votre tour par ici et revenez-nous voir …

      • Cest chouette oui mais on viens pas riche lolll…. mais jai regarder pour lirlande…nos origine 😉 et jaime bien lidee bed n breakfast…etre acceuilli dans une famille et apprendre a vivre comme et avec eux!! Mais la ton vayage en afrique me tente aussi…lasie nous attire aussi… tout en fait sauf les tout inclus!! On magasine et se prepare un pkan pour lan prochain… nous allons choisir la destination bientot et apres go…. mes parents loue un condo en espagne pour lan prochain 3 mois.. nous irons peut etre commencer par skater pour le premier voyage des cocos et ensuite attaquer le lacher lousse ailleur 😉 maid voula tout pour te dire que tu est une tres belle decouverte!!

  5. Bien drôle le récit, ça me rappelle notre retour de Cuba (projet sac a dos avec les enfants de presque 3 ans et de 10 mois, devait durer 1 mois, on est revenus après 10 jours) ou la réservation a été modifiée par un employé du dimanche qui a pas changé le retour du bébé et donc après 1h30 au comptoir de l’aéroport après 2 heures de roues à 4 h du matin, on nous dit (alors que j’ai les mains dans la couche de ma petite qui commence sa tourista (qui a durée 10 jours pour mon fils et moi)) que c’est impossible d’arranger cette situation dans le système, que l’avion doit quitter sans nous et qu’on va devoir contacter la compagnie aérienne!! Euh non madame : les yeux dans l’eau, mes deux enfants sont malades, on rentre à la maison aujourd’hui!!! Boarding pass faits à la main, on nous escorte pour la sécurité et on court vers l’avion : ouf. Ça c’est sans compter le vol d’aller qui devait prendre 4h et qui en a pris 13, avec les enfants qui dorment et des voisins qui commencent les vacances, sont 15 gars qui chantent et jouent du yukulele!!

Laisser un commentaire