Suivez toutes les nouvelles concernant la parution de mon livre "Globe-trotteuse: Aller-Simple pour l'Afrique" en cliquant ici.


mamanglobetrotteuse.com

11 astuces signées Maman Globe-trotteuse pour un vol avec un bébé et des enfants

Mes astuces de Maman Globe-trotteuse pour prendre l’avion avec un bébé et des enfants

Voilà le sujet de prédilection des parents lors de mes ateliers/conférences voyages en famille, les fameux vols avec la marmaille.

C’était l’objet de ma chronique du lundi 20 octobre 8:05 à Rythme FM Outaouais 97.1 dans l’émission matinale avec Marc-André et Geneviève.

Je complète l’information afin de vous outiller au maximum.

J’ai franchi le cap des 75 vols avec un bébé ou des enfants. La petite dernière âgée de 2 ans en cumule + de 25! Voici donc quelques constats dont plusieurs que je n’ai jamais lus avant…

1-Tenter de réserver votre siège et votre vol avant le départ, mais sinon

Je privilégie les vols qui partent le matin! J’essaie le plus possible d’en dénicher un en demandant à mon agent de voyage ou en fouillant bien sur les sites. Évidemment, ce n’est pas toujours possible…Je cherche avec Skyscanner.

Si c’est possible, tentez d’obtenir un siège dans la première rangée de la classe économique. Il y a plus d’espace et s’y trouve les berceaux (lits) pour bébés (si l’avion en possède…peu de chance pour les destinations soleil).

Toutefois, elle est très prisée donc c’est possible que ce soit déjà réservé.

De plus, une réservation de siège coûte environ entre 40-70$ par segment de vol. Personnellement, si je dois réserver 4 sièges le coût devient important (assez pour que je laisse tomber).

Que faire, alors?

Voici au no 2, la tactique que j’utilise et qui me sert bien, en plus de me faire épargner.

2- Arriver tôt à l’aéroport

3 heures à l’avance.

Pas 2 heures et demie, mais bien 3 heures à l’intérieur de l’aéroport devant le comptoir de votre tranporteur. À l’agent fraîchement arrivé, vous demandez des sièges où vous serez plus à l’aise avec les enfants (s’ils ne sont pas déjà réservés). La plupart du temps, ce sera possible.

Insistez, posez des questions sur la disponibilité des sièges et ce qu’il vous recommande…vous n’obtiendrez peut-être pas la première rangée, mais gageons que ce ne sera pas trop mal…

De plus, vu votre arrivée bien organisée, profitez-en pour langer bébé, faire courir les plus vieux pour passer le trop plein d’excitation, casser la croûte, s’hydrater, décompresser, changer de l’argent pour votre entrée au pays, etc.

mamanglobetrotteuse.com
Profitez de l’aéroport! Mes filles demandent à arriver tôt pour jouer! Ici à Bangkok, Thaïlande

3-Séparez-vous de votre Chéri au besoin

Je veux dire dans l’avion.

Je m’explique: à 5 et sans réservations de sièges, il est habituel que nous obtenons des places proches, mais pas nécessairement collées (souvent un derrière l’autre)…au début on faisait la moue, pour s’apercevoir que c’est génial!

Exemple, si nous obtenons 3 sièges collés pour 4 (car bébé est sur les genoux et peut s’asseoir uniquement où il y a 2 masques à oxygène) et 1 siège un peu plus loin (rarement très loin en fait) cela fait en sorte que moi ou Chéri allons faire des « gardes ».

Celui qui est assis avec les petites pourra, au bout de quelques heures, aller s’asseoir seul (on échange) pour dormir ou commander du duty free (je blague là).

Ceci fait en sorte qu’à l’arrivée, nous aurons chacun notre tour, dormi (n’oubliez pas votre loup+bouchons+couverture) au lieu d’être 2 parents exténués à gérer les enfants, tout le vol. C’est magique!

Particulièrement efficace pour les vols longs-courriers.

mamanglobetrotteuse.com
Je profite de mon siège loin de ma marmaille pour recharger mes batteries. Coup de coeur pour mes vêtements de voyage FIG. Le capuchon est génial et me recouvre toute la tête au besoin, pour un dodo discret…

 4-Enfermez-vous dans les toilettes en cas de crise!

Si jamais vous n’avez pas eu vent de la crise de 10 heures que j’ai dû gérer en vol pour Istanbul (article ici) sachez que j’ai vécu une crise dentaire épouvantable avec bébé!

Pour m’en sortir et garder mon calme, je déambulais dans les allées et m’enfermais des périodes de 15 minutes aux toilettes…où je pouvais m’asseoir tranquille, chantonner au besoin, sans regards indiscrets. Allaitez au besoin.

Sur la plupart des vols, il y a plusieurs cabinets de toilette (donc zéro malaise, d’accord?), cette astuce permet de reprendre son calme en toute intimité. Et tout les passagers vont bien saisir que vous tentez le tout pour le tout. On se calme. Priorité numéro 1: bébé! C’est donc à lui que va notre énergie, pas aux autres aux alentours…

5-Laissez les enfants faire leur sac cabine et le gérer…

Dès l’âge de 2 ans, mes filles gèrent leur sac à dos qu’elles apportent en cabine.

Ce dernier, de format réduit, (donc pas le sac d’école, mais plus petit) contient: une gourde d’eau, des collations sèches (barres tendres, biscuits, grignotines, carottes, un suçon pour les oreilles à l’atterrissage*) un carnet de jeux, quelques crayons, une doudou et un toutou/poupée, des figurines ou autres petits jouets. Point.

mamanglobetrotteuse.com
Je supervise, mais les enfants gèrent leurs sacs.

6-Un seul sac restera à portée de mains dans la cabine

Personnellement, j’apporte un seul sac cabine où que j’aille et il contient tout ce que l’on aura besoin.

J’utilise un système fort sophisitiqué….de Ziploc 😉 ah ah

Premier Ziploc grand format: vêtements de rechanges ultra-légers et roulés pour 2 enfants, bébé et moi, couches, lingettes. TOUT doit entrer dans le Ziploc.Choisissez des vêtements ultra-légers (coton mince).

Deuxième Ziploc grand format: les vivres: collations, bars énergétiques, noix, sachet de flocons d’avoine instantané (tous les enfants et poupons en mangent). Je mets aussi dans ce sac, un petit livre pour le vol (guide de voyage).

Troisième Ziploc grand format: les liquides de + et – de 100ml (pour bébé, tel le lait), petits pots de bébé, mini trousse hygiénique: brosse à dents, crème, etc. baume à lèvres, mini dentifirice, gomme). C’est ce sac que je vais sortir lorsqu’on me demandera d’indentifier les liquides.

Oui, vous pouvez dépasser les 100ml si c’est un produit spécifique pour bébé (ex: nourriture, lait, même une bouteille d’eau, jus, etc.).

Je n’apporte NI sac à main, NI sac à couches. UN SEUL SAC.

Chéri apporte un sac à dos qui contient l’électronique (caméra, tablette, etc.) qui sera mis dans le compartiment au dessus de nos têtes.

 

7-Désamorcer les voisins de siège bougons

J’ai utilisé cette astuce vu sur le net et utilisé par des parents de  jumeaux: préparez-vous des minis sachets contenant bonbons + bouchons pour les oreilles à distribuer autour de vous en cas de crisette ou d’excitation hors de contrôle.

Je ne vous garantis pas des sourires, mais des points bonus au niveau de la patience de vos voisins.

8-Lâchez prise!

Votre bébé a le droit d’être et d’agir en BÉBÉ.

Sérieusement, je ne sais pas d’où vient cette culpabilité d’avoir peur de déranger les autres, mais franchement si mon bébé hurle et que je n’y peux rien; je n’y peux rien!

J’ai appris (oui, ça se développe) à être immunisée contre quoi que ce soit qui ne respecte pas cette maxime. Des soupirs, des regards, des commentaires, gardez votre énergie pour bébé ou les enfants.

Les enfants également peuvent être excités, fatigués, dérangés. C’est correct.

Comprenons-les et faisons preuve d’empathie. Imaginez la nouveauté de monter à bord!

Référez-les à leur sac à dos et son contenu, situez-les (on arrive dans 3 heures, il fera chaud !) et rassurez-les.

C’est un grand jour!

9-Le personnel de bord est là pour vous!

Besoin de petits pots ou d’une couche; il y en a en vol. Demandez. J’ai fais le test de nombreuses fois. Ça fait partie du kit de survie d’un avion.

Vous êtes seule avec des enfants ? Un membre du personnel peut vous donner un coup de mains. Faites-le savoir. Il est possible de servir le repas aux enfants avant le vôtre par exemple.

Acceptez aussi de l’aide des autres passagers au besoin. J’ai eu de bons bras pour bercer mes filles lors de crisettes…un titre de grand-parent c’est universel 😉 Mais demeurez vigilants tout de même (surtout en cas d’allergies) car pour bien faire, les gens ont tendance à offrir sucreries, bonbons, etc. qui peuvent ne pas convenir à votre petit.

mamanglobetrotteuse.com
Les agentes de bord chez Thaï distribuent ces magnifiques fleurs avant d’atterrir!

10-N’oubliez pas de consulter la section famille sur le site de votre transporteur

Toute l’information souhaitée s’y trouve et puisqu’il y a des différences entre les compagnies, il faut s’y référer et téléphoner au service à la clientèle au besoin.

Habituellement: un bébé de moins de 2 ans ne paiera pas plus de 10% du prix d’un billet, s’il est sur les genoux.

On lui accordera un bagage cabine de 10 kilos et il aura droit en soute à 1 ou 2 objets de bébé soit le parc (lit parapluie) ou le siège auto (à vérifier).

Le site voyage.gc.ca est une source fiable de renseignements canadiens.

11-Il y aura des bons et des moins bons vols

Il y aura des bons et des moins bons vols, comme l’ensemble de vos journés de terriens.

Soyez prêts à ça.

Nous avons déjà géré une gastro sur un long vol (oui, beurk), des oreilles douloureuses, l’épisode mythique du perçage de dents, des voisins de sièges weird, etc.

Mais, j’ai  SURTOUT: vu les filles copiner et rigoler avec d’autres petits, échanger des trucs avec des parents, permis à des grands-parents de se payer la traite en berçant nos filles, obtenu des faveurs du personnel de bord (servis en premiers pour les repas, etc.).

Plusieurs viennent même féliciter les filles pour leurs comportements collaboratifs.

 *12- Préparez-les à prendre leur envol…

Avez-vous préparé votre enfant (oui, même les bébés!) à prendre l’avion?

Le prévenir des bruits ambiants, la toilette (qui fait un bruit d’enfer), l’explication détaillée du réveil tôt ou tard, ce qu’on y mange, pourquoi il demeurer assis, les consignes de sécurité à respecter, etc.

L’enfant a besoin de connaître les étapes.

Souvent, c’est une étape qui est un peu oublié par les adultes!

Voici un livre qui illustre bien le propos : L’aéroport, Milan Jeunesse, 14,95$

 

Je vous invite à lire mes billets précédents (si vous avez le sens de l’humour):

10 heures de vol avec bébé, un exorciste et une bataille aérienne

Épopée africaine de retour

Conseils d’une hôtesse de l’air à toi bébé voyageur

 

Signé,

Maman Globe-trotteuse

ps-Ce serait vraiment chouette d’ajouter vos recommandations, trucs, astuces, etc.

 

*Je n’ai pas fais d’étude scientifique conçernant le suçon et le confort résultant de la déglutition, mais parole de maman, ça marche à tous coups 😉 #placebo

16 thoughts on “11 astuces signées Maman Globe-trotteuse pour un vol avec un bébé et des enfants

  1. Je n’ai pas autant d’expérience de vol mais: chaque fois que c’est possible, je prends des vols très tôt le matin. Les enfants sont plus collaboratifs que lorsqu’ils sont épuisés et excités par une longue journée et sa préparation. Je pourrais par contre donner quelques conseils sur comment ne pas virer fou et faire 25 heures de voiture avec 3 enfants 🙂 très bon article, comme d’habitude!

  2. Merci pour cet excellent article ! Encore jamais fait de vol long-courrier avec Elina (2 ans). Elle a déjà pris l’avion six fois (on est loin des 20 fois de ta fille de 18 mois héhé !) et ça s’est toujours hyper bien passé, alors que je stressais énormément. Donc oui, la plupart du temps, tout se passe bien !

    Je note le coup des sièges séparés. Effectivement on pourrait penser le contraire, mais tu as raison, très bon à savoir pour nos prochains vols !

    Et sinon le truc qui marche à tous les coups pour nous en cas de crise lorsqu’on a tout essayé (en avion ou en train) : sortir la tablette avec un petit dessin animé pour changer les idées et détourner l’attention 🙂

    Je recommande aussi aux parents de préparer le voyage en amont en expliquant bien aux enfants, même aux plus petits – ils comprennent beaucoup de choses ! – l’avion, le voyage, etc… S’appuyer sur des livres avec des petits héros sympas qui partent en voyage. L’enfant n’arrive pas dans un monde inconnu comme ça 🙂

  3. Merci pour les trucs! Nous venons de faire Québec-Sydney (30 heures) avec notre petit de 8 mois avec succès! Beaucoup de fatigue à l’arrivée mais très contents de l’avoir fait!

  4. Merci beaucoup pour ces conseils! Il est prévu de revenir de notre expatriation aux USA vers la France avec un ptit bout de chou dans les bras (qui n’était pas là à l’aller hihi). A priori, cela ferait 3-6 mois pour lui quand on reviendra, donc les conseils sont intéressants! Meme si pour les plus petits il y a un peu moins besoin de les occuper avec des jouets ou autre je suppose 🙂
    Tres bon conseil le coup des sieges séparés, je retiens!

  5. Que c’est rassurant de lire ça!

    Nous partirons en septembre, papa, maman et trois p’tits loups de 7, 3, et 1 an! Ok, on ne va qu’à San Diego, mais les doutes que tout notre entourage entretient quant aux voyages avec enfants menacent de s’infiltrer dans nos esprits peu à peu. Ainsi, notre réponse à la question : « Vous partez les 5!!!!! Avec les plus jeunes ET plus vieux TDAH?!?!?!? » est passée de « OUI!!!! » à « Oui?? »

    Merci pour ce post. On s’entend que ça demande tout de même une bonne organisation (maudite soit la Californie pour exiger que les enfants soient en sièges d’auto même dans les taxis jusqu’à 8 ans. Trimbaler trois sièges d’auto à l’aéroport, ça a l’air super.), mais je crois qu’on y arrivera! On aura peut-être très chaud en sortant de l’aéroport, mais ça vaudra la peine!

    • Bonjour Tonkin Voyage Vietnam

      Mes filles ont maintenant 4, 8 et 10 ans et ce sont elles qui redemandent de voyager souvent! Elles adorent découvrir de nouvelles destinations, se faire de nouveaux amis, prendre l’avion et en connaître davantage sur le pays. Je crois qu’il s’agit simplement d’un enseignement à leur faire depuis leur tendre enfance. Ensuite, les enfants suivent le courant….bon voyage et merci pour ce commentaire!

Laisser un commentaire